• Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

© 2018 Love Montreuil créé par Rebecca Dry

1 oeuvre 1 artiste: #1

Les mains de la Paix

Si vous habitez à Montreuil vous êtes sans doute passé devant cette magnifique oeuvre Rue Edouard Vaillant, sinon je suggère que vous y alliez pour l'admirer.

Ces mains ne peuvent que vous émouvoir.  Elles sont poignantes.  Elles nous envoient un message.

En passant devant on s'arrête, on s'interroge, on se pose des questions.

Est-ce un geste de prière? Est-ce une demande d'aide? 

Le réalisme est impressionnant.

Elles nous attirent, on a envie d'aller vers elles, pour s'imprégner de leur douceur, de les aider même.

Leur histoire nous intrigue.  Qui est derrière cette oeuvre, que voulait-il nous dire?

UN ESPION EN PLEINE VUE

Son créateur s'appelle Espion. Déjà connu par certains ici et ailleurs grâce à ses nombreuses œuvres dans les rues de Montreuil et/ou à sa longévité dans le milieu du street art.

Un artiste à connaître si vous le découvrez à l'instant sur lovemontreuil, et, au delà de la peinture, une personne très intéressante.

Ces mains il les a faites en novembre 2018 à la demande de la copropriété de l'immeuble car il a remporté l'appel d'offres pour customiser le mur.

Il s'explique sur le choix du noir et blanc, en contraste avec certaines d'autres de ses œuvres sur les murs de Montreuil

 

Il développe en disant que le noir et blanc peut être la nostalgie, la tristesse, l'amour.

Il a choisi les mains car les mains expriment beaucoup, elles peuvent être abîmées, peuvent raconter l'histoire d'une personne.  Celles-ci il les voulait reposantes et accueillantes.  Alors que l'on peut croire que ce geste est une demande d'aide, il développe la symbolique qu'il voit.

"A mon avis, la couleur révèle les formes, le noir et blanc révèle le fond. C'est une émotion vibratoire. Elle va parler d'elle-même."

"Dans certaines cultures ce geste est celui de la prière. 

Alors à travers cette oeuvre je sollicite la paix.  C'est simple la paix pour tous.  Malheureusement l'homme a une nature belliqueuse, mais on a tous la paix en soi, il faut la trouver pour faire rayonner sur les autres."

UN POÈTE

Quand je parle avec Espion, je ne vois pas uniquement un artiste mais un poète.  Il maîtrise la langue française comme je l'ai rarement entendue.  Ça ne m'étonne pas que ses amis l'appellent 'le sage'.

Il explique qu'il adore jouer avec la langue française et que sa dextérité dans la langue vient probablement du fait qu'il lit énormément. Une leçon pour nous tous.

C'est vrai que ce côté 'sage' pourrait provenir de la pratique d'un art martial depuis plus de 30 ans - Le Silat, un art martial d'origine malaise.

 

Ce n'est pas le premier artiste que je rencontre qui pratique les arts martiaux. Ça permet de garder un équilibre dans une vie parfois instable.

"Tu travailles sur la forme et le fond, c'est à dire la spiritualité.  La spiritualité

c'est le conducteur,  c'est celui qui tient le volant. Mais ton corps c'est le véhicule, donc faut faire en sorte de l'entretenir.

Il faut entretenir la matière grasse ET la matière grise."

TROUVER SA VOIE

Né en banlieue parisienne dans les années 70, Espion s'intéresse à l'art depuis tout jeune.

Très sensible aux arts que ces soit les beaux arts, l'art brut, l'art naïf, il essaie de s'exposer autant que se peut à l'art, notamment dans les bibliothèques de sa ville, où il lit les encyclopédies et beaucoup de BDs.

Très influencé par Starsky et Hutch, en regardant les épisodes il remarque en fond des courses-poursuites les murs couverts de lettres, de formes, de couleurs, mais il n'arrive pas à mettre les mots dessus.

Il découvre cette forme d'art mais ses questions restent sans réponse.

 

Mais en 1984  l'émission "Les Enfants du Rock" passe un documentaire sur le phénomène "hip-hop" et toutes ses disciplines y compris... le graffiti. Et là tout s'éclaire.

 

Il s'est senti directement concerné, il s'est vu dans cet art, tant sur le plan social qu'artistique.  Depuis il baigne dedans.

Il trouve que le graffiti est le dernier grand mouvement d'art et qu'il n'y en a pas eu d'autres depuis.

Une forme d'art qu'il voit "syncrétique" donc sans limites car chaque pays, chaque culture y infuse ses influences.

"Là j'ai eu le coup de foudre, j'ai eu réponse à mes questions, comment ça s'appelle, qui le fait et pourquoi ils le font"

GÉNÉRATION DÉFENSE D'AFFICHER

Comme la plupart de jeunes graffeurs Espion a commencé par peindre sur les voies ferrées, à faire des lettrages et des personnages.

A l'époque le graffiti était souvent fustigé et n'était pas accepté par les institutions et le grand public, le "tout le monde", d'où le fait de peindre dans les lieux insolites.

Mais comme beaucoup de jeunes Espion n'a pas toujours les fonds pour s'acheter des bombes donc pour se faire de l'argent il propose aux magasins de peindre leurs rideaux coulissants.

C'est comme ça qu'il finance sa passion.

En 1991 il anime son premier atelier de graffiti pour enfants et la Mairie de sa ville lui donne 200 bombes et lui met des murs à disposition, les attitudes commencent à changer.

Depuis il a animé des centaines d'ateliers et fait des centaines de créations à travers la France et à l'étranger.

Il a travaillé avec IKEA, la SNCF (ironie du sort), et a collaboré avec des associations solidaires et humanitaires : Les restos du coeur / Emmaüs / Secours Populaire/l'Hôpital Trousseau et a également fait des tournées avec les associations comme le "Droit de Cité".

REBELLE UN JOUR REBELLE TOUJOURS

Si je devais tout écrire sur la carrière d'Espion, le site ne serait pas assez grand.

Il en a vu des choses dans son milieu depuis 30 ans et a vécu des hauts et des bas.

Ce grand artiste autodidacte veut continuer son chemin, délivrer un message, transmettre son savoir, continuer à être disparate dans son style et surtout ne pas se plier devant le système.

C'est un personnage, un poète de nos jours, un rebelle.

Nous, on veut qu'il continue à embellir nos murs à Montreuil, égayer nos balades et nous faire réfléchir devant ses œuvres

Comme il dit

"Où je me trouve, je peins"

On l'espère.